Déclaration du satef le 15/10/2011


Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Education et de la Formation
SATEF
Section régionale de Béjaïa
Déclaration
Les syndicats de l’éducation qui viennent de geler une grève illimitée ont ramené une victoire inespérée : la réouverture du Statut particulier des travailleurs de l’éducation (SPTE) à l’étude et à la négociation.
Cette victoire a pourtant l’avant-goût amer d’une défaite intellectuelle majeure. En effet, comment capitaliser une telle victoire en l’absence de vision globale de la politique éducative ; d’idéal élaboré pour l’école algérienne ; de ligne syndicaliste claire, démocratique et citoyenne…
Le SATEF-Béjaïa ne peut pas s’associer à une aussi risible mise en impasse : il rejette le défaitisme comme il rejette depuis toujours la fatuité opportuniste, corruptible, dévoyante. Fidèle à ses statuts et à ses projets (syndical, éducatif et social), il réitère comme déjà en mars-avril 2007, que la vraie révision du SPTE ne peut se faire isolément du monde du travail (SGTFP, code du travail), des conditions et de l’outil de travail, encore moins de l’idéal d’école et de l’orientation assignée à l’éducation dans notre pays. Les camarades du bureau national (BASTI -décédé- et ses partisans) qui cédaient déjà au jeu infantilisant des formulaires de sondage soumis par la Tutelle se préparaient dès lors à partager aujourd’hui la très inconfortable position des syndicats qui viennent de remporter cette victoire inespérée.
Le SATEF-Béjaïa ne peut qu’appeler tout le monde à procéder à l’examen de conscience, à rentrer dans de saines lignes syndicalistes et à agir, promptement et honnêtement, à capitaliser cette promesse d’avancée pour l’honneur des travailleurs intellectuels de l’éducation, pour le bien de l’école algérienne et du monde du travail en général. Le SATEF-Béjaïa demeure disponible pour tout effort y visant.
Le SATEF-Béjaïa appelle tous ses sympathisants à se réinvestir tant dans l’action que dans la réflexion malgré toutes les insuffisances matérielles et administratives : le tournant crucial actuel le recommande.
Le SATEF-Béjaïa appelle tous les camarades en difficulté avec M. Boualem AMOURA, au sein des coordinations d’Oran, Djelfa, Tebessa, El-Oued, Batna, M’sila, etc., qui ont servi un moment à permettre le squat du poste de Secrétaire-général, à réaffirmer publiquement leur attachement aux statuts et aux projets (syndical, éducatif et social) du Satef en vue d’un travail efficace et efficient en coordination avec le SATEF-Béjaïa. Le SATEF-Béjaïa appelle M. Amoura à la tenue statutaire du Conseil national tel que dégagé lors du Congrès de Msila dans les plus brefs délais. Sans cela, tout détachement concédé par le MEN sera considéré comme un procédé corrupteur et sera dénoncé comme tel.
Le SATEF-Béjaïa prie les camarades réfractaires aux dispositions du 3° Congrès (Béjaïa – Msila, 2001) à restructurer dans l’unité les coordinations qui leurs sont acquises en Sections régionales, y compris à Tizi-Ouzou. Il s’agit, là, d’une démarche que les Statuts du Satef autorisent et permettent et que le Satef-Béjaïa a la légitimité d’accompagner, de soutenir et de valider.
Agissons toutes et tous pour défendre une digne école, un digne travail, un digne salaire, un digne statut de salarié(e), un digne syndicalisme !
Seddouk - Béjaïa, le 15 octobre 2011
Le Coordinateur,
Hocine BOUMEDJANE.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 432 autres membres